Ballastière

Un projet co-construit avec les habitants, gestionnaires d’un verger évocateur du passé agricole de la plaine.

L’opération Ballastière marque la fin de la séquence urbaine, le passage de la plaine au coteau et le changement de territoire communal entre Valenton et Limeil-Brévannes. C’est également à cet endroit que le tracé de la coulée verte rejoint celui de la LGV et le tracé du téléphérique urbain – Téléval – en cours d’étude.

Devant la Plage Bleue, la coulée verte se fond dans le contexte urbain et accompagne la rue Albert Garry à la manière d’une contre-allée le long d’un boulevard urbain. Passée la rue du 11 novembre 1918, le parcours retrouve un caractère plus spontané, moins aménagé.

Le long de la rue Albert Garry, le parcours emprunte les pistes cyclables existantes. La végétation horticole des talus bordant les pistes sera supprimée au bénéfice de végétaux indigènes. La végétation existante spontanée sera accompagnée de manière à ce que la palette végétale s’enrichisse avec le temps. En parallèle de la piste cyclable, y compris sur le pont qui enjambe les voies ferroviaires, l’enrobé superflu sera démoli pour permettre la circulation de l’eau dans sol et favoriser l’installation de végétaux spontanément. Le long de la circulation, les remblais terreux existants seront conservés pour constituer un cordon végétal en accompagnement de la promenade.

Dans l’hypothèse où la station Téléval serait implantée à proximité du parcours, le projet évoluera vers un aménagement adapté aux contraintes imposées par l’équipement.

Le parcours traverse ensuite la rue Albert Garry à proximité d’un giratoire. La traversée sera équipée d’un plateau surélevé de manière à ce qu’il n’y ait pas de différence de niveaux de part et d’autre de la voirie.

Le long de la rue St John Perse, la parcelle accueillera des jardins partagés mis à disposition de collectifs d’habitants. Les allées des jardins sont directement connectées aux dessertes piétonnes de la ZAC. À chaque
entrée, des placettes marquent l’accès aux jardins.

Le chemin principal passe au pied du talus de manière à prendre de la distance avec les aménagements de la ZAC. La parcelle est terrassée pour avoir une pente quasiment nulle sur le chemin. Au nord et au sud de la parcelle, deux zones de récupération de l’eau sont prévues de façon à infiltrer l’intégralité de l’eau collectée à la parcelle. Ces deux zones marquent les seuils d’entrée des jardins partagés. Comme sur  l’opération Val Pompadour, des poches de végétaux sont plantées de manière à orienter et organiser l’espace. Afin de dégager la vue sur la plaine depuis le coteau, la butte de remblai située au sud de la parcelle est évacuée.

Chiffres clés

  • 26 300 m² de surface
  • 20 à 45 m de large
  • 18 mois de travaux nécessaire
  • 2018, date du début des travaux
  • Travaux réalisés par les entreprises : marché à venir

Pour aller plus loin