SIAAP STVA

Un paysage industriel ingrat qui pousse à l’immersion végétale obtenue malgré des emprises étroites

L’enjeu du projet sera de garder de bout en bout un fil continu de promenade quels que soient les obstacles. Sur ce tronçon plus qu’ailleurs, le projet garantira une continuité de promenade accessible à tous accompagnée à terme d’une ambiance végétale permettant de s’affranchir du contexte urbain, particulièrement hostile à cet endroit du parcours.

En milieu urbain, la Tégéval glisse essentiellement le long de grandes emprises industrielles.
Ponctuellement, son parcours est interrompu par le passage d’infrastructures routières et ferroviaires. Les terrains disponibles pour l’aménagement de la coulée verte, hérités de l’exploitation des carrières, ont été très largement remaniés créant parfois des curiosités
topographiques comme aux abords du SIAAP 1 (le grand talus à droite de la route). Parfois, la seule opportunité qui se présente est l’aménagement de parcelles en partie occupées comme sur le parking STVA. Sur l’opération SIAAP-STVA, l’avenue Julien Duranton longe le tracé du projet mais présente ici un caractère moins urbain que routier. Les véhicules, circulant à vive allure, provoquent un sentiment d’inconfort, voire d’insécurité pour les promeneurs.
La première partie du parcours, le long du SIAAP, passe au droit d’une zone de confinement de déchets. La parcelle présente un profil très en pente ne permettant pas l’accès au plus grand nombre en l’état.
Le parcours est ensuite interrompu par un faisceau important de voies ferroviaires. Un passage unique via le pont de l’avenue Duranton permet de franchir ces voies.
De l’autre côté, le projet se matérialise grâce à l’acquisition d’une partie de l’emprise du foncier de l’entreprise STVA 3. Ainsi, ce sont un peu plus de 7800 m² qui seront soustraits à STVA et connectés aux accotements de la voirie pour permettre le passage de la coulée verte.
La présence du talus le long du SIAAP est une opportunité intéressante de désolidariser la coulée verte de son contexte presque de manière naturelle. En effet, l’inconfort de la promenade le long de la route et l’obligation de franchissement des voies motivent une solution qui mettra à distance le chemin des infrastructures routières et ferroviaires.
L’impossibilité de créer un franchissement propre à la Tégéval obligera le parcours à rejoindre le pont à son sommet. Le long du parking STVA, l’emprise libérée devra permettre de créer un nouveau relief, parallèle à la voie afin de rendre le parcours accessible aux personnes à mobilité réduite.

L’aménagement du parcours, en continuité de l’opération Val-Pompadour, produira une ambiance qualitative reflétant la philosophie du projet. Un travail fin de valorisation de l’existant complété par des plantations ponctuelles le long du chemin sera par ailleurs indispensable (suppression des essences horticoles, plantation de jeunes plants, conservation de continuum prairial, etc.). La gestion de l’eau à la parcelle appelle à réserver des espaces en dépression. Pieds de talus et surfaces planes auront nécessairement vocation à récupérer et infiltrer l’eau dans le sol, et deviendront des zones humides temporaires.

Chiffres clés

  • 19 585 m² de surface
  • 880 m de long
  • 6 mois de travaux nécessaire
  • 2017, date du début des travaux
  • Travaux réalisés par les entreprises : marché en cours

Pour aller plus loin