Initiation à la greffe d’arbres fruitiers

La multiplication des arbres fruitiers est uniquement pratiquée par le greffage, qui consiste à «assembler» un support, le porte-greffe, et un morceau de la variété que l’on souhaite multiplier, le greffon. Toutes les variétés fruitières, pommes, poires, prunes, cerises, etc. sont issues de cette méthode de multiplication, connue depuis l’antiquité. C’est grâce à elle que …

La multiplication des arbres fruitiers est uniquement pratiquée par le greffage, qui consiste à «assembler» un support, le porte-greffe, et un morceau de la variété que l’on souhaite multiplier, le greffon.

Toutes les variétés fruitières, pommes, poires, prunes, cerises, etc. sont issues de cette méthode de multiplication, connue depuis l’antiquité. C’est grâce à elle que nous sont parvenues des variétés depuis des siècles sans modification.

Les méthodes d’assemblage sont multiples et réussissent plus ou moins bien suivant la dextérité du greffeur. C’est cette pratique que les Croqueurs souhaitent faire connaitre au public afin de sauvegarder des variétés locales de terroir, riches de qualité, de goût, de conservation, loin des fruits commercialisés le plus souvent.

Vous apprendrez comment préparer les greffons et comment les conserver, quelles sont les affinités entre les espèces et les saisons de greffage. Vous serez initié aux différentes techniques de greffage : la fente, l’anglaise simple et compliquée, l’écusson.

A la fin de l’atelier, les participants pourront repartir avec des modèles exécutés par les animateurs, voire par eux-mêmes (5€ de participation demandée par sujet greffé).

Initiation à la greffe d’arbres fruitiers – ANNULÉE > REPORT DANS LA MESURE DU POSSIBLE

Découvrez comment sauvegarder les variétés fruitières en multipliant les arbres par la greffe.

La multiplication des arbres fruitiers est uniquement pratiquée par le greffage, qui consiste à «assembler» un support, le porte-greffe, et un morceau de la variété que l’on souhaite multiplier, le greffon.
Toutes les variétés fruitières, pommes, poires, prunes, cerises, etc. sont issues de cette méthode de multiplication, connue depuis l’antiquité. C’est grâce à elle que nous sont parvenues des variétés depuis des siècles sans modification. Les méthodes d’assemblage sont multiples et réussissent plus ou moins bien suivant la dextérité du greffeur.
C’est cette pratique que les Croqueurs souhaitent faire connaitre au public afin de sauvegarder des variétés locales de terroir, riches de qualité, de goût, de conservation, loin des fruits commercialisés le plus souvent. Vous apprendrez comment préparer les greffons et comment les conserver, quelles sont les affinités entre les espèces et les saisons de greffage. Vous serez initié aux différentes techniques de greffage.

Sauvegarder par la greffe > Attention changement de date et de lieu <

Attention, cette animation a été décalée au samedi 31 mars et aura lieu à la maison de la Nature de Créteil.

Récolte au verger

Cueillir, observer, décrire et déguster les variétés locales.

Accueil – présentation de l’Association – Promenade sous les arbres, gaulage des pommes,  ramassage avec numérotation des sacs et repérage des pommiers sur plan.  Retour au barnum : La pomologie, définition, son vocabulaire,  commentaires sur les panneaux didactiques accrochés  sur grilles dans le barnum,  jeu de triage après avoir mélangé les pommes dans une caisse, tentative de regroupements,  d’identification. Dégustation, définir quelles sont les maturités physiologiques et gustatives, le goût des pommes, leurs usages, la conservation, les recettes, dégustation de tartes aux pommes ”maison”. – Estimation de la période de récolte. Quand faut-il pratiquer la cueillette. Comment cueillir un fruit sans casser la brindille qui le porte, future production de l’année suivante. Le stockage des fruits de garde, les plus hâtifs sont à consommer tout de suite après la récolte. Si l’on ne connaît pas le nom de ses variétés, c’est la seule période pour essayer de les identifier, trouver le nom que leur ont donnés les anciens, parfois il y a plusieurs siècles. Après avoir noté toutes les caractéristiques extérieures de ces fruits suivant plusieurs dizaines de paramètres, on peut passer à la dégustation, qui nous apportera, d’autres informations sur ses qualités gustatives.

 

 

 

 

 

Restructuration d’un pommier

Restructuration des arbres fruitiers par la taille.

Accueil – présentation de l’Association – Observation du gui, explication sur sa vie parasitaire, le suçoir, moyen de l’éradiquer. Le dépérissement d’un pommier, les causes,  les maladies et ravageurs (bactéries, champignons, insectes). La taille, son matériel, l’affutage, l’entretien. Comment faire une bonne coupe, sa démonstration, la cicatrisation. Observation d’une mauvaise coupe ; des maladies, chancre, tavelure sur bois, champignons.  Nettoyage du lierre, suppression du bois mort, des rejets du porte-greffe ; mise en lumière de la ramure, éclaircissage des charpentières, coupe pour favoriser la pousse de greffons l’année suivante. – Décembre et le début d’année, sont les périodes les plus recommandées pour la taille des fruitiers. Pour des arbres âgés et peu entretenus, il faut commencer par les restructurer, en éliminant les bois morts, les branches qui se chevauchent, et souvent tous les parasites qui n’ont pas manqué d’envahir les branches, guis, lierres, lianes diverses. Ensuite vient une remise en forme pour leur restituer l’aspect idéal d’un fruitier bien soigné. Symétrie, équilibre des charpentières dans toutes les directions, supprimer complètement les bois verticaux appelés « gourmands », improductifs, qui absorbent une grande partie de l ‘énergie de la sève. Il peut y avoir aussi une présence trop importante de lichens et mousses du fait de l’humidité des lieux et qui asphyxient l’écorce en surface. Possibilité d’un brossage des troncs les plus atteints.