Ancienne voie ferrée Paris-Bastille / Verneuil-l’Étang

MAINTENIR LES AMBIANCES PAR LA GESTION

Des actes de gestion simples pour maintenir une mosaïque d’unités végétales que l’abandon banaliserait.

En quittant la tranchée couverte, la Tégéval se superpose à l’ancien tracé de la voie de chemin de fer. Très vite, le parcours surplombe la vallée du Réveillon. La végétation qui a colonisé les remblais masque les vues sur la vallée. Ces trouées qui apparaissent de manière naturelle, sont encouragées afin que le parcours dialogue avec sa géographie.

Arrivée au Mont-Ezard, la promenade rejoint vers l’ouest la vallée et le sentier longeant le Réveillon. Vers le sud, un sentier prolongeait la promenade en déviant légèrement du tracé de la Tégéval. Ce pas de côté s’expliquait par l’impossibilité des promeneurs de suivre le tracé ferroviaire en raison de la disparition d’une passerelle ferroviaire. Les travaux ont permis de rétablir cette continuité par l’installation d’une nouvelle passerelle.

Le long du chemin, l’embroussaillement, le développement de ronciers et de clématites offrent un intérêt en tant qu’habitat d’espèces mais peuvent être perçus par le public comme le signe d’un abandon de la gestion. Un traitement « jardiné » (interventions douces, dépressage et tailles manuelles brin à brin) permet d’éclaircir sélectivement certains secteurs permettant de laisser s’exprimer « l’ensauvagement » sur d’autres tronçons.

Chiffres clés

Phase 1 : aménagement de la voie verte et connexion à la vallée du Réveillon

  • 2 km de long
  • 1 239 000 € investis
  • Septembre 2018, date de début des travaux
  • 7 mois de travaux nécessaires => travaux achevés
  • Entreprises : Sports et paysages / Médinger

Phase 2 : aménagement du Mont-Ezard

  • 2022 date prévisionnelle

Pour aller plus loin